UE : engagée dans la lutte contre Boko Haram

L’Union européenne (UE) montre sa détermination dans la lutte contre la secte islamique Boko Haram en signant un accord avec l’Union africaine (UA) et en octroyant de l’aide humanitaire supplémentaire au Nigéria, au Niger et au Cameroun. Cette contribution de l’UE au maintien de la paix a été saluée par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Ban Ki-moon. Pour les victimes, c’est un soulagement de plus après l’annonce de l’UNICEF sur la continuité de l’aide malgré l’attaque d’un convoi humanitaire en juillet.

 

Un accord entre l’UE et l’UA

Dans le cadre d’un accord avec l’UA, l’UE a octroyé une aide de 50 millions d’euros à la Force multinationale mixte (FMN) de la Commission du bassin du lac Tchad pour lutter contre Boko Haram. « Nous félicitons les pays de la région pour les progrès réalisés au cours des derniers mois dans le but d’assurer une réponse régionale coordonnée à cette force. (…) L’accord que nous avons signé aujourd’hui (lundi) permettra de renforcer la coordination régionale de la riposte », indiquent conjointement l’UE et l’UA dans un communiqué.

Cet accord a été salué par Ban Ki-moon, d’après son porte-parole, « le Secrétaire général salue l’UE pour cette contribution opportune et prie instamment la communauté internationale de continuer à renforcer son appui aux efforts régionaux visant à lutter contre la menace que représente Boko Haram et à atténuer l’impact de ses activités en apportant le soutien humanitaire, politique, financier et logistique nécessaires ». Ban Ki-moon n’a pas manqué de félicité les efforts entrepris ensemble ou individuellement par les pays du Bassin du Tchad et le Bénin dans la lutte contre le terrorisme. Il a également fait un rappel quant au respect des droits de l’homme, du droit international humanitaire et des réfugiés. « Ceci est crucial, car Boko Haram ne peut pas être vaincu si les communautés affectées ne font pas confiance aux forces armées qui sont censés les protéger ».

De l’aide humanitaire pour les victimes

Jeudi, l’UE a annoncé qu’elle fournira 12,5 millions d’euros supplémentaires au Nigéria, au Niger et au Cameroun. 9 millions d’euros seront octroyés au Nigéria, 2 millions d’euros au Cameroun et 1,5 million d’euros au Niger, selon les précisions de la Commission européenne.

Les violences perpétrées par Boko Haram dans le nord du Nigéria et qui a fait des millions de déplacés ont poussé l’UE à débloquer ce nouveau fonds. « Ce fonds supplémentaire de l’UE se concentrera sur l’assistance d’urgence, notamment dans les domaines des nourritures et de la nutrition, de l’eau et de l’hygiène publique, et de la santé. Tous les efforts doivent être déployés pour assurer que les organisations humanitaires puissent atteindre ceux qui ont besoin d’une aide urgente », a souligné Christos Stylianides, commissionnaire européen chargé de l’aide humanitaire et la gestion des crises.  

Boko Haram a plongé le nord du Nigéria dans une crise humanitaire grave. Les ONG ont tiré la sonnette d’alarme pour dénoncer la situation des réfugiés. En juillet, l’UNICEF a répondu à l’appel, mais l’attaque d’un convoi humanitaire a interrompu l’intervention. L’agence a décidé de suspendre ses aides dans la région avant de revenir sur sa déclaration.